TN IMG 3856Jean Servantie, vétérinaire à Mareuil sur Lay nous a parlé des soins prodigués par l'acupuncture à des chevaux de haut niveau.

Monsieur Servantie est diplômé de l’école vétérinaire de Toulouse.
Dès son plus jeune âge, il se destinait à une carrière en relation avec les équidés. Cavalier à 7 ans, c’est à 9 ans qu’il décide de s’orienter vers le métier de vétérinaire.
Il est arrivé à Mareuil sur Lay en 1987 et y a acheté, pour son travail, une ferme en 1993. Il a revendu son cabinet il y a dix ans, afin de devenir vétérinaire itinérant et orienter son activité vers le soin aux chevaux de course.
Pour faciliter ses déplacements, il a passé le brevet de pilote mais a cessé de voler après avoir pris trop de risques pour respecter ses rendez-vous.
Depuis vingt ans, il a cherché comment soigner autrement qu’avec notre médecine occidentale. Son souhait était d’exercer une médecine qui n’utilise pas des médicaments chimiques.
Cela fait 3000 ans que l’acupuncture est utilisé pour soulager les maux. Monsieur Servantie utilise l’acupuncture et l’ostéopathie pour son approche et son diagnostic.
Ces deux médecines sont complémentaires et dans 95% des cas, il crée une relation de confiance avec les patients.
Il s’agit d’une médecine globale dite « holistique » car on s’intéresse à l’ensemble de l’organisme.
Pour le cheval, il y a 365 points d’acupuncture comme pour l’homme. Monsieur Servantie utilise le terme de trou d’acupuncture et non pas de point d’acupuncture comme on l’entend en langage courant.
Il considère que pour bien soigner un patient, il faut savoir faire preuve d’empathie.
Son métier est une passion qui lui apporte « un vrai bonheur ».